Tapez un mot pour ouvrir la recherche

Loading

Initiation d’un programme collaboratif d'amélioration génétique de l'orge brassicole à deux rangs pour le Québec

La culture de l'orge a grandement décliné au cours de la dernière décennie en raison de la faible rentabilité de cette culture, un problème qui découle de la faible valeur de l'orge de provende et de la grande susceptibilité des orges à six rangs à la fusariose de l’épi. Parallèlement à ce déclin de l'orge au Québec, nous avons assisté à une montée fulgurante d'entreprises de petite et moyenne taille dans les domaines du maltage et du brassage. Malgré la volonté de ces entreprises de l'approvisionner localement en matière d'orge brassicole, la très faible production au Québec rend difficile, voire impossible, cet approvisionnement. Dans ce contexte, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) ont conclu qu'il était souhaitable de favoriser l'émergence d’une nouvelle production au Québec : l’orge brassicole à deux rangs. Pour l'instant, aucun programme d'amélioration génétique de cette culture n'existe au Québec. L’Université Laval, avec l’appui des PGQ, de Semican et de Céréla, deux entreprises semencières, souhaitent initier un programme collaboratif de sélection variétale d'orge brassicole à deux rangs. Cette culture offrirait aux producteurs une culture plus rentable et moins sujette à la fusariose de l’épi. Dans ce projet, nous proposons de mettre sur pied un programme collaboratif visant à développer des orges brassicoles à deux rangs adaptées aux conditions agro-climatiques du Québec. Pour y arriver, nous proposons de caractériser un large éventail (1000 lignées) de matériel génétique existant, tant sur le plan génétique que de leur comportement au champ, afin d’identifier le sous-ensemble présentant la meilleure adaptation et une large assise
génétique. Ces 250 lignées serviront de matériel génétique fondateur pour nos efforts de développement de nouvelles variétés. Cette collection sera caractérisée de manière détaillée pour les principaux caractères agronomiques, la qualité brassicole et la résistance à la fusariose. À l’aide de milliers de marqueurs génétiques, un modèle de sélection génomique sera produit et celui-ci servira d’outil pour prédire les croisements les plus prometteurs et les lignées combinant les meilleures caractéristiques. En parallèle, nous démarrerons nos efforts de développement variétal en faisant les premiers croisements et en multipliant les populations F1 à F3 qui en résulteront. Au terme des trois années de ce projet, les bases d’un programme d’amélioration génétique doté des plus récents outils de la génomique seront jetées et ceux-ci ouvriront la voie à l’obtention de variétés brassicoles que réclame le marché du maltage et du brassage au Québec.

François Belzile

Université Laval

Contribution du CRIBIQ

212 743 $


Partenaires

Industriels participants :

  • Producteurs de grains du Québec
  • SemiCan
  • Céréla

IRPQ :

  • Université Laval