Tapez un mot pour ouvrir la recherche

Loading

Séquestration de carbone et valorisation de sites dégradés par la culture de saules à croissance rapide

La lutte contre les changements climatiques est devenue un défi à l’échelle mondiale et une priorité pour l’ensemble des pays. Le Canada, qui vise la carboneutralité d’ici trente ans, encourage la plantation de nouveaux arbres dédiés à la captation du carbone atmosphérique (CO2). Pour répondre à ce nouveau défi, il est nécessaire de trouver de nouveaux espaces non encore plantés qui n’entrent pas en concurrence avec les terres dédiées à l’agriculture. Les sites dégradés sont des cibles à fort potentiel pour implanter de nouveaux arbres et expérimenter de nouveaux procédés phytotechnologiques de captation de GES. C’est notamment le cas d’anciennes cellules d’enfouissement de lieux d’enfouissement technique (LET) qui ne sont plus en exploitation. Le présent projet vise à mettre en place un laboratoire de captation de gaz à effet de serre à grande échelle basée sur la culture de saules à croissance rapide sur le toit de ce type de cellules au LET de Sainte-Sophie exploité par Waste Management Inc. Les saules, plantes bien adaptées à des environnements difficiles, seront plantés sur une superficie de 18 hectares qui servira à la mise en place d’un dispositif expérimental impliquant plusieurs traitements permettant de répondre à deux besoins des propriétaires de sites dégradés et des grands émetteurs industriels de GES, à savoir la réhabilitation des sols et la captation de carbone (compensation des émissions). Les nouveaux concepts qui seront explorés dans le cadre de ce projet de recherche incluent : 1) la valorisation de LET respectant les principes de conservation des sols et de productions durables et intégrant a) l’application de matières résiduelles fertilisantes et b) l’utilisation de pratiques culturales alternatives aux herbicides pour lutter contre les espèces végétales indésirables; 2) la quantification du potentiel de séquestration du CO2 in situ (sol et racines) et exsitu (biomasse exportée) par une plantation de saules sur site dégradé; 3) la valorisation locale de la biomasse (production de bois raméal fragmenté ou autre) selon un principe d’économie circulaire; 4) le développement d'une phytotechnologie de captation du CO2 qui pourra être déployée sur des milliers de sites dégradés à travers le Canada. Le développement de méthodes de productions durables de même que la validation du potentiel de séquestration du carbone par les saules sur des sites dégradés, permettront au Groupe Ramo Inc. de développer un modèle d’affaires unique pour élargir son marché et pour la promotion de ce type de pratiques innovantes. Résilience Conseil et Capital Inc. compte sur cette acquisition de connaissances additionnelles pour accroitre son offre de service et accompagner ses clients et partenaires dans la reconnaissance des crédits compensatoires générés par le futur protocole. Ce projet a l’ambition de servir d’appui au développement et à l’essor d’une politique de crédits de carbone basés sur la valorisation des sites dégradés à travers le Canada.

Jacynthe Dessureault-Rompré

Professeure adjointe
Université Laval

Contribution du CRIBIQ

419 100 $


Partenaires

Industriels participants :

Groupe Ramo Inc.
Résilience Conseil et Capital Inc.

IRPQ :

Université Laval